Blogue

Êtes-vous prêt à acheter une maison ?

 

Ça y est ! Vous avez décidé d’acheter une maison. Mais quelle n’est pas votre déception lorsque votre banquier vous explique que vous n’êtes pas admissible à un prêt hypothécaire.

Voici les 4 critères que vous devez considérer pour ne pas repartir bredouille lorsque vous déposerez une demande de financement.

1. Votre épargne

D’abord, la banque voudra s’assurer que vous disposez des liquidités suffisantes pour verser une mise de fonds. Ce versement correspond au minimum à 5 % du prix d’achat de la maison. Votre institution financière voudra s’assurer que vos fonds ne proviennent pas d’un second prêt, mais bien de vos avoirs personnels. De plus, il faudra démontrer que vous disposez des fonds pour couvrir les frais afférents à l’achat d’une propriété (environ 1,5 % à 2 % du prix d’achat).

2. Vos revenus

Votre institution financière voudra aussi s’assurer que vous disposez d’un revenu stable. Si vous êtes salarié, votre plus récent talon de paie suffit généralement à satisfaire la banque. Dans certains cas, on peut également vous demander une lettre de votre employeur. Si vous êtes travailleur autonome et que votre mise de fonds est inférieure à 20 %, la banque établira votre capacité de remboursement en fonction de vos revenus des deux dernières années.

3. Votre crédit

Votre pointage de crédit est comme votre bulletin financier. Plus votre pointage de crédit est élevé, plus vous êtes solvable aux yeux des banques. Ce pointage s’exprime par une valeur numérique qui se situe entre 300 et 900 points. Il tient compte de votre historique de paiement, des sommes que vous devez, de vos récentes demandes de crédit, puis finalement du type de crédit auquel vous avez souscrit (prêt automobile, carte de crédit, etc.). En bas de 650, il est très difficile d’obtenir du financement.

4. Vos ratios d’endettement

Afin d’évaluer le pourcentage de vos revenus qui sert à rembourser vos dettes existantes, la banque établira deux principaux ratios d’endettement.

Le premier ratio est l’amortissement brut de la dette (ABD). Celui-ci ne tient compte que de la part de votre budget réservée à votre habitation. Le seuil maximal admissible oscille entre 32 % et 39 %.

Le deuxième ratio est l’amortissement total de la dette (ATD). Ce dernier tient compte non seulement des montants inclus dans l’ABD, mais aussi de vos prêts sur carte de crédit, de vos prêts automobiles, de vos prêts étudiants et de toute autre forme de crédit qui aurait pu vous avoir été accordé. Le seuil maximal de l’ATD est habituellement de 40 %.

Pourquoi de tels ratios ? Puisque la banque, pleine de sagesse, juge qu’il ne serait pas bien prudent ni sécuritaire de vous prêter de l’argent si vous êtes déjà largement endetté.

CONSEILS

  • Même si l’achat d’une maison implique plusieurs dépenses, gardez en tête que votre mise de fonds n’est pas perdue et que le processus peut constituer une forme d’épargne.
  • Afin d’éviter les mauvaises surprises, il est important d’obtenir une préapprobation hypothécaire avant de magasiner votre maison.
  • Dans le cas d’un refus à la banque, vous pouvez être endossé par un cosignataire, ou encore faire affaire avec un prêteur alternatif (par exemple un prêteur privé).
  • Moyennant quelques frais, il est possible de vérifier votre pointage de crédit auprès des agences Equifax ou TransUnion.

 

Source: Journaldemontreal,com , publié le 09 juillet 2018